Le manuel utilisateur n’est pas la solution…

Lors de la conférence HEPS 2011, Prof. James Bagian, de l’Université du Michigan, est intervenu sur le thème « Health Care and Patient Safety: How Human Factors and Ergonomic must help ».

Prof. Bagian est tout simplement d’avis que, dans un environnement critique comme le secteur médical,

(a) « lire le manuel utilisateur n’est pas la bonne solution »

(b) les avertissements et étiquettes n’ont qu’un très faible effet sur la sécurité d’utilisation.

Comme James Bagian est ancien astronaute de la NASA et Dr. en anesthésie, c’est peut-être le moment de  bien tendre l’oreille.

Astronaute, anesthésiste et expert risques

 

Si la documentation que l’on produit ne sert pas dans la « vraie vie » et, surtout, là où on devrait vraiment en avoir besoin, il est peut-être temps de se poser quelques questions sur l’utilité de notre activité

 

Ainsi, dans cet article « Better teamwork save lives in the O.R« , James Bagian recommande l’application des méthodes de l’aviation et du nucléaire pour associer communication et réduction de risques :

James Bagian: aller-retour sur la Lune en toute sécurité

« Dr. James Bagian, a study author and former NASA astronaut, said the VA training took a page from the aviation and the nuclear power industries, which have used checklists and improved communication to reduce risks. »

N’est-ce pas là une excellente occasion de réfléchir à la pertinence de la documentation produite actuellement et son ratio d’utilité ? Noircir 105 pages pour un mode d’emploi de défibrillateur, alors que l’opérateur a moins de 10 minutes pour sauver une vie n’est peut-être pas très efficace…

 

Allons-nous vers un manuel fait de listes de pointage ?

Laisser un commentaire