Les rédacteurs européens se concertent … (TC Europe 2012 conference)

La conférence annuelle TC Europe s’est déroulée cette année au Portugal.

Aveiro, charmante ville universitaire au sud de Porto,  où les collègues de l’Université  ont

Aveiro, Portugal

réservé un accueil chaleureux aux participants européens.

En dehors des présentations, on a pu enregistrer d’excellentes discussions entre terminologues et rédacteurs, entre traducteurs  et rédacteurs…, le tout orchestré par une belle palette de nationalités : italienne, britannique, néerlandaise, finlandaise, nord-américaine, française, etc.

Les présentations sont disponibles en accès libre sur le site TC Europe  www.tceurope.org

Que retenir de cette journée ?

(a) La présentation de Susana Valdez, de l’Université de Sciences sociales de l’université de Lisbonne
« Informed Consent Forms and Readability – A Case study« .

Informé et consentant ?

Il s’agissait d’analyser l’intelligibilité des formulaires d’acceptation de certaines études  médicales effectuées après une intervention chirgurgicale : le formulaire  dit « Informed consent ».

Le patient a donné son accord, mais était-il bien informé ?

Entre l’expert et l’intermédiaire (infirmière), est-ce que le patient a bien assimilé les tenants et aboutissants du formulaire d’acceptation ?

Susanna V. a analysé les formulaires disponibles en langue portugaise et, en particulier, la complexité des phrases  : phases composées ou phrases simples. Ensuite, elle a appliqué les méthodes de calcul de « lisibilité » de Flesh (Flesch Reading Ease et Flesch-Kincaide Grade).

Sur cette base, elle a pu démontrer que les formulaires n’atteignent pas vraiment leur but. En effet, selon

Accord du patient ?

les indices de Flesch, le niveau de « lisiblité » (disons compréhension) des textes des formulaires est très faible. En effet, il faudrait avoir un niveau d’études supérieur pour  pouvoir assimiler les formulaires :  c’est le  bagage universitaire ou l’incompréhension totale…

Reste à se questionner, maintenant sur le bien-fondé de l’utilisation d’indices de lisibilité  Flesch pour des textes en portugais. En effet, Flesch a basé ses études sur la terminologie et grammaire de la langue anglaise…

 

(b) Pour sa part, Stephen Crabbe, de l’Université de Portsmouth, Grande-Bretagne, a présenté son étude sur l’anglais contrôlé « Controlled language approaches to improving English language technical document comprehensibility for international  audiences »

Apprendre l'anglais...Il fait remonter la première occurence du langage contrôlé à l’époque pré-industrielle (envrion 1653), puis au moment de la 2e révolution industrielle en Grande-Bretagne  « Basic English: A General Introduction with Rules and Grammar ». Ce guide contient 10 règles et un lexique de 850 mots.

 

Parmi ces règles, on relève :

 

Règle 3. Add « er » or « ing »  to nouns to make the thing or person performing an operation or the operation itself (work –> worker and working / start –>starter and starting)

Règle 8. Use standard rules for conjugating verbs and pronouns.

Jetez un oeil sur ces pages

Bien entendu, Dr. Crabbe passe ensuite au manuel de Simplified English publié par CATERPILLAR. C’est là la première forme de Controlled English des temps modernes. L’objectif était d’unifier la terminologie et phraséologie des 20 000 textes à traduire en 50 langues.

Ce CFE (Caterpillar Fundamental English) contenait 10 règles et 800 mots dans le lexique, lui aussi !!!

Les règles sont applicables sans  hésitation de nos jours :
1.  Make positive statements.
2. Avoid long and complicated sentences.
3.  Avoid too many subjects in one sentence.
4.  Avoid too many successive adjectives and nouns.
5.  Use uniform sentence structures.
6.  Avoid complicated past and future tenses.
7.  Avoid conditional tenses.
8.  Avoid abbreviations, contractions, and colloquialisms.
9.  Use punctuation correctly.
10.  Use consistent nomenclature.

Un autre exemple de langage contrôlé est le PACE (Perkins Approved Clear English) dont l’objectif est Anglais contrôlé ?« improve comprehension of the English source text, particularly for those persons using English instead of their native language, and to aide translation. »

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Et bien non, selon Dr. Crabbe, ces langues contrôlées sont victimes du même phénomène : la difficulté à se diffuser vers une plus grande audience.

En effet, ces systèmes sont propriétaires, et ont tendance à le rester ;-(

Leur diffusion est dont limitée à une entreprise ou à une profession (voir l’ AECMA qui est devenu l’ASD Controlled English pour l’aéronautique).

Que retenir de ces présentations ?

Des points de vue différents et des recherches qui permettent de s’interroger sur la pertinence de nos méthodes de travail. Somme toute, de véritables arrêts sur image que chaque rédacteur devrait prendre en compte : intelligibilité ? Nos documents sont-ils vraiment compréhensibles ?  Terminologie ? Avons-nous besoin de tant de termes pour donner des instructions claires ?

Laisser un commentaire