Conférence DITA Europe (12-13 Nov. 2012) : 10 raisons de NE PAS y aller !

Content Management Strategies/DITA Europe 2012,

Francfort/Main, 12-13 Novembre 2012

_______________________________________________________

1. DITA ? Je connais… ca me suffit

  •  Avoir passé quelques heures sur le DITA Open Toolkit n’est probablement pas suffisant pour mener à bien un projet DITA. Nombreux sont ceux qui s’y sont cassé les dents.
    DITA en japonais

     

  • Avant de partir pour l’aventure, il est bon de se renseigner, d’étudier les écueils, les merveilles, les dérapages et les solutions

2. Francfort ? C’est trop loin, c’est trop cher

  • Certes, c’est très éloigné de Tombouctou, mais de Paris, Strasbourg, Bruxelles ou Genève ?
  • Avez-vous remarqué que la conférence est idéalement située près de l’aéroport de Francfort : pas de déplacement supplémentaire si vous choisissez l’avion, et liaison directe par la S-Bahn (RER) si vous venez par la gare principale (Hauptbahnhof).
  •  C’est cher ? Mais avez-vous pensé à utiliser le budget _formation continue_ de votre entreprise ? Etes-vous vraiment certain de ne pouvoir bénéficier des dispositions du DIF ?
  • Deux jours de conférence sont toujours moins chers qu’un projet lancé tambour battant et abandonné en cours de route, après maints investissements.
DITA à Francfort

3. En anglais ?…ce n’est pas mon fort ;-(((

  • Les conférences sont en anglais, soit. Mais il ne s’agit pas d’exposés sur les variations de l’emploi du subjonctif chez Shakespeare, mais de présentations orales doublées de diapositives.
  • Les orateurs, dans la majorité, ne sont pas anglophones de naissance  ; ils utilisent l’anglais comme _langue véhiculaire_, comme vous. Ils s’expriment donc très simplement et sont attentifs aux questions et hésitations du public.
  • DITA Europe n’est pas un oral d’agrégation. Vos phrases -fussent-elles légèrement bancales- ne seront ni moquées, ni ignorées.Chacun d’entre nous fait des erreurs lorsqu’il s’exprime dans une autre langue que la sienne ; la conférence n’est pas le lieu d’une joute oratoire !

4. Ian Larner ? C’est qui ? Vous savez, moi, les stars Heavy Metal…

  • Ian Larner, c’est plutôt un copain de DITA : il a participé à l’élaboration de l’architecture DITA. DITA 1.2, DITA 1.3, c’est son dada. Il possède si bien son sujet qu’il vous en  facilite l’apprentissage.

    Groupe de travail DITA OASIS
  • Pour toute question pointue, c’est LUI qu’il faut voir. De nombreuses occasions de l’aborder :  pauses cafés, pauses déjeûner, dîner « off »…

5. SONY, SAP, IBM, Adobe, Nokia, Ericsson…et alors ?

  • Oui, il sont tous là pour vous parler de leurs expériences, leurs couacs, leurs réussites au moment de l’implémentation.
  • Si eux ont réussi, pourquoi pas vous ?

6. Directive machine, pharmacie, support mobile, langue contrôlée,…  ca ne marche pas avec DITA

  • En êtes-vous bien sûr ? Question directive machine, voyez plutôt Christian Kravogel : il est membre du comité OASIS DITA – Machine Industry
  • Pour la pharmacie, voyez l’expérience de la Royal Pharmaceutical Society. Pour la migration de votre documentation sur support mobile, voyez les collègues de SONY, Ericsson ou Nokia, etc.

7. Encore une conférence !…

  • Certes, une conférence… mais celle-ci  est véritablement internationale, européenne, axée sur nos besoins et nos problématiques.
  • Les sujets ne traitent que de DITA, sa mise en place, sa rentabilité (pas de la philosophie existentielle qui sous-tend la linguistique saussurienne…). Du concret et du vécu.
  • Et TOUTES les propositions d’interventions ont été évaluées, triées puis révisées/recadrées avant de pouvoir figurer dans la liste des présentations. Pas de mauvaises surprises. Vous en aurez pour votre argent !

8. Faut que je me renseigne sur DITA… je ne suis pas tout à fait au point.

  • Justement, ils sont tous là, les experts ! Ceux qui sont à l’origine de DITA (IBM, CIDM) et ceux qui ont développés des solutions pour XML DITA : Oxygen, Ixiasoft, Componize, Simply XML, Antenna House, etc.

 

 

 

 

  • Tous seront tout ouie pour traiter vos problèmes, répondre à vos questions…

 

9. DITA, c’est coûteux !

  • DITA, c’est surtout goûteux ! Même savoureux lorsque que l’on annonce au management une belle réduction de coût de 50 % ou un taux de ré-utilisation de contenu de 80 % ! Et c’est le principal objectif de DITA : réduire les coûts.
  • Et vous, où en êtes-vous dans la maîtrise des coûts de documentation ? Savez-vous que Medtronics annonce un taux de réutilisation de contenu de 90 % ?

10. DITA, ca ne marche pas !

  • …surtout si l’on ne s’y met pas ! Ou alors si on y va tout seul !
  • DITA ca marche pour Schlumberger, Nokia, RIM (Blackberry), SAP, Medtronics, et des centaines d’autres entreprises.

Le résumé des interventions est disponible en ligne, ainsi que le formulaire d’inscription.

Francfort vous attend !

3 thoughts on “Conférence DITA Europe (12-13 Nov. 2012) : 10 raisons de NE PAS y aller !

  1. Si le DIF n’est pas faisable, pourquoi ne pas prendre une tasse de café avec le comptable de l’entreprise ? Questionnez-le sur les sommes versées annuellement par l’entreprise au titre de la formation/formation continue. Toutes les entreprises (ou presque) sont redevables. Ensuite, essayez de savoir comment sont dépensées ces sommes. Sont-elles attribuées automatiquement à des organismes professionnels ? Lesquels ? Pourquoi ? Et surtout… pourquoi pas vous ?

  2. Merci du conseil… La fameuse technique de « la tasse de café » du rédacteur technique !

Laisser un commentaire